Catégories
L'eau

L’Esprit de la Dordogne

Truite bleue

L’eau descendit des montagnes, doucement d’abord, puis au fur et à mesure, prit de la vitesse en rencontrant d’autres eaux qui venaient aussi de la montagne. Elle coula au même endroit pendant des millénaires et usa le minéral qui se laissa faire.
Elle devint Dordogne.
D’abord blanche et opaque, elle se fit bleue et cristal. Dès lors, les rayons du soleil effleurèrent les galets et la magie opéra.

Ainsi, au détour du rocher, là où le courant massif attaque le calcaire, l’eau créa la truite. Au début, ce n’était qu’une vision fugitive, une lame acérée d’eau au-dessus du gravier qui apparaissait et disparaissait au rythme des turbulences. Elle emprunta la couleur du sable conjuguée à celle du soleil qui filtrait et se suspendit dans l’eau avec l’aisance de l’eau. Des cascades imprimèrent sa robe de rubis, de poudre d’or, d’améthyste et de topaze. Son corps aima le courant et la rivière aima ce corps et le renouvela. C’est ainsi que la truite devient l’esprit de la Dordogne.

Catégories
Engagement

La santé existentielle par l’aquarelle

Devant le rouleau du temps, qui écrase le monde de ses fléaux, le vivant a développé de multiples stratégies orchestrées par sa force créatrice. Elle est de moins en moins apparente dans l’espère humaine, étant occultée par les artifices du progrès. Il en résulte une perte de contact de l’homme à la nature et donc à lui-même. Cette force reste cependant précieuse car elle constitue le muscle du désir.

Bien qu’elle soit parfaitement théorisée, la technique de l’aquarelle dépend aussi de cette force créatrice : les circonstances fluctuantes appellent des résolutions adaptées. Pour pouvoir donner sa réponse, elle exige un état satisfaisant des fonctions perceptives et des besoins fondamentaux. Cultiver le corps, alléger le cœur, renforcer l’esprit et trouver sa place, tels sont les axes d’une santé existentielle qui va naître de cette pratique. Elle sera exigeante sur la nature de ses intentions, méthodique sur la procédure, persévérante sur la concentration et en harmonie avec la nature.

Toutefois, si je ne renforce pas suffisamment l’esprit ou si le cœur contient trop de haine, je cours le risque de la pervertir et de la convertir en une excroissance pulsionnelle de mon égo. C’est ainsi que des “artistes” s’égarent dans une recherche qui prétend tout dire au nom de l’art. J’en veux pour preuve ces installations mettant en scène la maltraitance et la cruauté sur le vivant. Entre autres, la mort programmée de neuf mille papillons enfermés dans une pièce, ce chien, privé de nourriture, mourant attaché au mur du musée, ces poissons rouges nageant dans des mixeurs, pulvérisés sur invitation par les spectateurs, ces pit-bulls attachés face-à-face sur des tapis roulants. Comment ne pas y voir le sadisme morbide d’un être humain, comment ne pas dépister les pulsions monstrueuses et alarmantes des spectateurs, comment ne pas incriminer l’adhésion de la critique ?
Prix Turner décerné pour l’exposition d’une vache coupée en deux, ainsi que son veaux, dans un bain de formol. Notre temps peut produire et promouvoir l’atrocité comme un spectacle banal.

J’éprouve une profonde pitié doublée d’indignation et de dégout pour ces faux artistes perdus qui n’ont pas su célébrer la beauté de la vie. Recherchant exclusivement la célébrité, coûte que coûte, à travers un narcissisme dégénéré, ils illustrent ce que peut être la maladie existentielle des temps modernes. Le chemin de l’art n’est pas celui-là.

J’oppose cet art décadent aux origines de l’art produit par ces hommes qui nous ont légués dans les peintures rupestres les germes de la santé existentielle.

“La sagesse préhistorique est la nourrice spirituelle de l’éducation vitale des personnes.”

Claude-may Waia Némia, Maître Reiki Kanak
Catégories
Engagement

La pratique écologiste de l’aquarelle

Connaître, c’est la capacité de comprendre et de vivre en relation profonde avec notre environnement. Plus je le connais dans le détail, plus j’ai de dispositions à m’y ajuster étroitement.

Lorsque je peins la Dordogne, il est impératif de me fondre dans le paysage. Il faut la laisser couler et capter l’un après l’autre les détails infimes d’une vie innombrable.

Alors, au bout d’un temps, le spectacle commence et je me mets au travail. Il faut se presser, personne ne viendra encore. En face, sur le grand peuplier, deux corneilles lissent leur plumes : elles montent la garde. La vie se révèle par touches successives, la force de l’eau imprègne mon pinceau. Le papier devient vivant, il absorbe les fusions du courant et de la berge, les vibrations d’une vie foisonnante, l’allégorie des couleurs, la symphonie aléatoire et discordante du reflet des arbres dans l’eau. Lorsque je peins, le temps se fige un instant jusqu’à la touche finale.

Un barbeau vient remuer la surface de l’eau, les ondes se propagent trahissant une vie secrète et abondante . Au-dessus du miroir, les branches tendent leurs mains portant les nids des années passées. La flèche turquoise du martin-pêcheur griffe la surface. C’est maintenant un déchaînement de vie que j’invite dans l’aquarelle, de la libellule à la loutre.

Puis brutalement, la magie est rompue. Les deux corneilles, vigilantes sentinelles, viennent de quitter leur perchoir en protestant. Je sais, avant de l’avoir vu, qu’un canoë jaune criard va dégrader l’harmonie du tableau. J’entendrai d’abord les coups de rame contre la coque, puis des cris perçants. Dans quelques minutes, il glissera devant moi, les rames inertes. Alors une voix dira “regarde le type, il peint”. Ils se laisseront glisser sans bouger, bouche ouvert, en me dévisageant à se dévisser la tête. Je sais qu’il faut plier, car derrière eux viendront cent autres qui vont répéter la même scène. Ils vont javéliser le couloir de la rivière, karcheriser une vie sauvage invisible pour eux. Ils n’en retiendront que de l’épuisement agrémenté d’un coup de soleil.

L’homme s’invente des sanctuaires mais ne respecte pas ceux qui existent déjà. Intrusion obscène et sacrilège, ces gens ignorants sont coupables de s’être laissés déposséder du support naturel. Pendant des mois, la Dordogne, réserve mondiale de biosphère, gardera dans son lit leur souvenir impérissable : poubelles et dégradations en tout genre .

“Celui à qui la nature commence à dévoiler ses secrets éprouve un désir irrésistible de connaître son plus digne interprète : l’art.”

Johann Wolfgang von Goethe
Catégories
Engagement

Aller à l’essentiel

L’aquarelle nous apprend l’essence des choses. Avec de l’eau, des pigments, du papier, le défi de peindre l’essentiel est posé. Quelle frugalité dans les moyens ! Symboliquement, ce dénuement à quelque chose de fondamental – il nous rappelle notre juste place dans l’équilibre du monde.

Aller à l’essentiel dans le sujet, c’est aussi aller à l’essentiel dans ma propre vie. Le choix du cadrage, de la lumière, le respect des perspectives sont les fondements mêmes de mes choix existentiels. Je ne peux peindre la beauté si mes choix sont aliénés par des causes externes.

Une civilisation qui déporte nos vies dans l’orientation des désirs, qui manipule nos besoins à des buts étrangers à nous-mêmes, se sclérose. Nous ne vivons plus que par procuration digitale et écrans interposés. L’essentiel se traduit par des valeurs simples qui, comme pour l’aquarelle, produisent des effets étonnants : la sobriété pour le corps, l’insatiabilité pour l’esprit, la démesure pour l’amour. Mais c’est le contraire pour notre société qui érige la sobriété en amour, l’insatiabilité pour le corps et la démesure pour l’esprit.

La prochaine évolution sociale sera de reconquérir l’essentiel, c’est-à-dire notre liberté intérieure débarrassée des virus à cristaux liquides. En supprimant le superflu de nos vies, nous laissons apparaître ce qui est primordial : connaître la nature et y trouver dans l’harmonie une place utile et réciproquement constructive.

Dans l’assourdissant fracas d’une société fébrile, l’essentiel est le questionnement intérieur

Jean-Marie PELT
Catégories
Non classé

Chasseur de lumière et de couleur

La particularité majeure de l’aquarelle est d’imiter la lumière grâce à l’indice de réfraction de ses pigments (la transparence). Le cœur de mon travail est de mettre en lumière la couleur. Un sujet n’offrira aucun effet pictural jusqu’au moment ou il va être éclairé de façon particulière. Là va ce révéler la magie de la fusion lumière – couleur.

La lumière, cet or fondu qui coule sur le monde, transmute les couleurs en d’impressionnantes associations : je les traque. Les couleurs par leurs ambiances chromatiques influencent nos façons d’être. La lumière n’aime ni le blanc, ni le noir, elle s’éteint. Je n’ai jamais utilisé de peinture blanche ou noire, c’est un paradoxe en aquarelle. Aujourd’hui, trois voitures sur quatre sont noires, blanches ou grises. Nous cuisines aseptisées sont blanches, ainsi que nos chambres. Comment voulez-vous que nos enfant apprennent dans des classes blêmes ? Les cantines sont fades et sans appétit. Nous vivons en gris. Aujourd’hui, un Français sur quatre est sous psychotrope ; chaque année, 18 millions de personnes dans notre pays s’essaient au cannabis.

Le pouvoir des couleurs nous entraine ailleurs. Nous connaissons leur influence sur nos émotions. Goethe et Kandinsky nous l’ont démontré. Pourtant, l’alchimie de leurs associations nous échappe toujours. Il y a dans la réalisaiton d’une aquarelle un choix singulier et d’une grande liberté quant à l’intensité de la lumière et de l’interprétation des couleurs. Ce choix s’oriente toujours vers le maximum d’harmonie, de sérénité et d’éloquence. Il est certain que le résultat sera de nature à accentuer le plaisir de l’oeil et d’apporter un bien-être supérieur à la contemplation du modèle. Une aquarelle est une expérience sensorielle et émotionnelle particulière en ce sens qu’elle intègre une illusion de lumière supérieure aux autres techniques de peinture.

“Si la matière grise était plus rose, le monde aurait moins les idées noires” Pierre Dac

Catégories
Engagement

Au bout du pinceau, le désir

La pratique de l’aquarelle n’est pour moi ni un divertissement, ni un violon d’Ingres. C’est un moyen d’expression qui me permet d’établir et de clarifier la manière dont je me situe dans le monde. Après en avoir maîtrisé la technique, cette pratique a mis en avant un questionnement sur mon égo et sur mes choix de vie. L’aspect dominant est ce qu’elle a dimensionné mon désir en lui donnant une densité sur mesure : celle de la détermination et de la concentration.

A partir de là, le désir opère comme une énergie perpétuelle. Il permet le rassemblement de l’imaginaire, de la créativité, de la réflexion ; il les conjugue dans tous les domaines. Clé de voûte de la dynamique humaine, le désir est cependant un concept aussi mal compris que développé. On évoque seulement son aspect sexuel. Sans le désir comme fondement, aucune démarche artistique n’est durable et singulière. Cela ne mènerait seulement qu’à des “trouvailles” dont le but inavoué est la recherche de reconnaissance. Trop souvent, un égo démesuré usurpe le désir.

Seule la force désirante permet de s’extraire de soi-même, de se dépasser pour participer pleinement à la magie de la création. Il en découle ce sentiment d’accomplissement qui stimule l’enthousiasme de vivre et permet d’apprécier son passage sur terre comme un privilège.

L’avenir de l’humanité est indissociable de la mise en acte du désir en chacun de nous. C’est l’énergie de demain.

Catégories
Non classé

Le regard virginal

Le regard de peintre que je porte sur le monde a investi entièrement mon existence. Je l’ai voulu simultanément profond, pénétrant, sélectif, pour au bout du compte, le choisir virginal : un regard nu, dépourvu de préjugés du savoir. Ce regard m’aide à déceler la beauté où qu’elle soit.

J’ai peint ce corps car il m’évoque la beauté éblouissante et pudique de la femme. C’est ce regard virginal qui a proclamé que c’était cet instant qui était à peindre. Ce n’est pas le peintre qui a fait prendre la pose à une poterie humaine. Ce nu rayonne de manière intemporelle.

Perdons ce regard, et nous nous affranchirons de la beauté. Ne sera beau que ce l’on nous imposera. Alors, nous confondrons la beauté et le luxe, le soleil et le feux d’artifice, les chevaux et les voitures.

La beauté nous délivre de l’enlisement de la monotonie grise du quotidien et nous porte à une élévation spirituelle. Elle exacerbe les sens en décuplant leur acuité. S’entourer de beauté nous aide à surmonter l’âpreté de la réalité et permet de construire un désir authentique. Les épreuves ne seront plus insurmontables, la dépression ne sera plus un destin.

La force inépuisable de la nature se révèle par la beauté et, si ce regard virginal la cristallise dans l’aquarelle, il en fait de même pour cette force. Elle se diffuse à travers le sujet en une vibration permanente.

Catégories
Causse

Le moment présent

Je sors de mon atelier : c’est le soir et voici le spectacle qui se déroule devant moi : tout y est, la lumière, l’ombre, les moutons.

Ce soir là, j’ai juste le temps de faire une esquisse et de dérober à la lumière le secret de ses couleurs, le dégradé magique d’un arc en ciel irréel percé des rayons du soleil couchant.

Le lendemain, les moutons n’étaient plus là.

Le surlendemain, le couchant était pâle.

Je n’ai plus jamais retrouvé cette ambiance surnaturelle : les tableaux de la Nature sont tellement imprévisibles ! Le sujet le plus insignifiant peut devenir une leçon d’harmonie.

Aiguisons notre regard, allumons notre vigilance sur les œuvres de la Nature !

Catégories
L'eau

L’expérience spirituelle de la nature par l’Aquarelle

Avoir conscience de la richesse de la nature qui m’entoure et regarder autour de mon sujet, ne pas être au centre mais se fondre dans l’étendue. La dimension de la nature nous est devenue étrangère car nous la percevons de manière égocentrée et dominatrice. Que l’on soit spécialiste ou amateur, botaniste ou géologue, notre intention est de la maîtriser à travers un savoir. Pire encore, elle est devenue pour chacun un bien de consommation que l’on loue à l’heure dans de multiples activités prétendument sportives, le temps d’une décharge d’adrénaline que nous refuse le quotidien.

Illusion. La nature ne se domine pas, ne se consomme pas. Elle a une autre vocation que nous devons cultiver. Au fond du fond, je demeure un animal. Et si je l’accepte avec conviction, je vais pouvoir me réconcilier avec le “tissu naturel”.

Lorsque je peins, j’ai l’impression de disparaître à moi-même et je me répands dans la feuille, dans l’arbre, dans la forêt. Alors, je vois avec les yeux du chevreuil, du lièvre, de la corneille. Je me suis fondu dans la nature. C’est un état particulier qui unit l’intensité sensorielle à une profonde quiétude. Je vois tout et mon pinceau devient mon doigt. Je perçois chaque détail, je reçois la vibration de chaque couleur. Le temps n’existe plus qu’à travers la durée du vol d’une mouche, du chant d’une fauvette, du tambourin d’un pic… La précision infinie de l’aquarelle absorbe cette ambiance avec toute la vie qu’elle contient. Elle devient une vibration permanente. Son empreinte résonne en moi et m’accompagne vers l’harmonie.

Catégories
L'eau

Regarder consciemment

Nous perdons notre capacité d’émerveillement dès que nous sortons de l’enfance. Cela est dû au fait que nous ne regardons plus notre environnement de la même manière : nous voyons les choses sans les regarder.
Voir est un acte passif, alors que regarder est actif.


Je suis bien tenu en tant que peintre de regarder mon modèle. Pour le dessiner et le peindre, j’ai recours à une analyse picturale qui fait intervenir, à travers l’œil, le cerveau et la main. Le respect des proportions, des formes et de la perspective me demande une concentration soutenue. J’ai éguisé cette faculté à regarder le monde consciemment à la recherche du modèle idéal. Le cadre de ce ruisseau fait apparaître un détail qui n’est pas le fruit de mon imagination. Il y a bien à gauche, dans la chute d’eau, une porte. Quelle monde retient-elle? Rêvons…

Notre temps foisonne d’images transportés par une technologie délirante qui nous submerge de visions. Là, nous ne rêvons plus ! Quel paradoxe actuel d’opposer une aquarelle au fourmillement d’images d’internet. Malgré tout, la peinture existe encore et toujours, peut-être parce que un être humain regarde ce que ne voient plus les autres. La peinture enchante l’œil et permet de retrouver l’émerveillement..
Ouvrez la porte !